dimanche 30 octobre 2011

Présentation Mr Pablo

Second joker et nouveau chroniqueur/reporter de la toute nouvelle équipe de Rien A Branler : Mr Pablo dont voici une petite biographie pour mieux situer le personnage :

Pablo lors du concert de Big'N...

Né en Argentine à Buenos Aires, Pablo émigra au Mexique au milieu des années 80 avec le reste de sa famille. Malgré son jeune âge, son esprit contestataire fût rapidement repéré par les membres de l'armée zapatiste. Il fut donc formé à toutes les formes de combats rapprochés ainsi qu'au maniement des armes. Son exceptionnelle aptitude a toute forme de défense (NDLR : qui inspire encore aujourd'hui l'équipe des pumas argentins), fit de lui un véritable symbole de la révolution, a tel point qu'on lui confia le commandement de différents groupuscules. Ainsi mis en avant dans l'organisation, il fut rapidement recherché par les services secrets du monde entier. C'est ainsi que par mesure de protection un nom de code lui fut attribué. Ce surnom devint rapidement un symbole de la force et de l'union zapatiste. Au jour d'aujourd'hui, rien qu'a évoquer le moindre de ses faits et gestes, les gens se lèvent et scandent à l'unisson : « Ay, Pepito ! » (alors qu'il a quitté le Mexique depuis de nombreuses années).
En 1990, la date doit rester secrète, (NDLR : nous pouvons juste préciser que c'était un mardi matin), il traversa l'Atlantique à la nage (dissimulé subtilement sous un sombrero pour échapper aux satellites américains). Il échoua sur les plages françaises (pas plus de précision car c'est classé top secret) où il s'écroula pendant des heures pour récupérer de son exceptionnel périple. A peine relevé, il croisa le chemin d'un quadragénaire ayant les yeux remplis de larmes. Son exceptionnelle bonté l'amena a se pencher sur le sort de ce pauvre homme désespéré (faisant fi de sa propre fatigue et de sa faim). L'inconnu lui expliqua qu'il était au fond du gouffre, qu'il ne lui restait que 24h00 pour trouver une campagne publicitaire pour un nouveau biscuit que l'entreprise Belin, son employeur, voulait lancé. A court d'idées, il était sur la sellette après que son patron ai refusé 25 de ces projets. L'homme était effondré sur le sable lorsque Pablo se releva (il n'avait quand même pas que ca à foutre) et qu'il remit son sombrero. A ce moment-là, comme un signe du destin, le sombrero barra le soleil qui jusque-là éblouissait les yeux de l'inconnu. Celui-ci cru voir une révélation et s'exclama : «  Ne bougez plus, c'est exactement ca. Miracle ! Je suis sauvé. »
Il expliqua alors a Pablo qu'il représentait la campagne publicitaire qu'il avait toujours cherché : un mexicain avec un sombrero sur la tête. Il ne lui restait plus qu'a trouver le slogan. A ce moment précis (autre signe du destin) deux touristes faisant leur jogging sur la plage s'exclamèrent « Ay ! Pepito » venant de reconnaître en Pablo leur idôle révolutionnaire. Les touristes étaient effectivement mexicains. Vous imaginez la suite, Pablo fut ainsi mis à l'abri du besoin par un contrat qui le lia a l'entreprise Belin lui procurant ainsi la meilleure des couvertures. Qui aurait pu pensé que l'ancien révolutionnaire se cachait sur des paquets de biscuits.
Il découvrit alors l'exception culturelle française et la liberté de ton que les artistes ont le droit d'avoir ici. Il décida donc d'abandonner définitivement les armes pour s'adonner à la musique contestataire en découvrant, émerveillé, le premier album de Francis Cabrel. Il fit le voyage jusqu'à Astaffort (cette fois-ci en stop) et fit la connaissance de son idole. Depuis, Pablo vit reclus dans ce coin (aucune adresse précise officielle cependant) et n'a de cesse de dénicher de nouveaux talents musicaux pour en faire profiter le plus grand nombre. Aujourd'hui il est considéré comme l'éminent spécialiste de la scène math-rock. Il semblerait même que Lionel Messi achète tous les albums recommandé par Pablo depuis son arrivée sur le territoire français, a l'exception cependant de ceux de Francis Cabrel. Un mystère de plus.
Vous l'aurez compris, c'est donc avec un immense honneur et en toute humilité que nous avons le plaisir de lui laisser l'antenne aussi régulièrement que ses contributions lumineuses et averties à la découverte musicale le nécessiteront : Ay Pepito !
  
Vous pourrez entendre Mr Pablo dans la semaine lors de l'émission #161.

1 commentaire: