mardi 24 janvier 2012

Présentation Mary Poppers

Le mercato d'hiver se termine, de nouvelles têtes chroniqueur(se)s débarquent sur RAB pour 2012 et nous sommes, donc, ravis d'accueillir cette semaine "Mary Poppers" dont voici la présentation :

Un soir de pleine lune, le petit Chaperon Rouge se baladant dans les bois, son walkman Sony WM-10 vissé sur les oreilles, rencontra le loup. Le loup (qui s'attendait à la dévorer sur place) fut pris au dépourvu lorsque la jeune fille en fleur lui colla ses écouteurs dans les esgourdes  : « Tiens cono, écoutes-moi ça, ça te déridera ».
    Il faut dire que le loup avec sa gueule de con avait presque failli lui faire peur (alors qu'elle en a pourtant vu d'autres). Le loup fut aussitôt pris de convulsions à l'écoute de ce qu'il prit pour des incantations sataniques (alors qu'il ne s'agissait que de Black Sabbath). Il prit donc ses jambes à son cou (ce qui est signe d'extrême souplesse) et la jeune fille désemparée, s'exclama alors : « L'enculé, il a piqué mon walkman ! » et jura qu'on ne l'y reprendrait plus a prêter son matériel à n'importe qui.
    C'est donc tout naturellement que le lendemain, elle se présenta derechef dans le magasin Darty le plus proche de chez elle pour en acquérir un nouveau. La tête ahurie du vendeur, lui fit prendre conscience que sa question avait, pour ce quinquagénaire moustachu, un coté surréaliste. Un rapide coup d'oeil sur les étals lui fit vite prendre conscience qu'en sortant du bois la veille au soir (après sa déconvenue avec le loup pour les nazes qui suivent pas) elle avait fait un bond spatio-temporel de trente ans, sans s'en rendre compte. En effet, les Walkman n'étaient plus d'actualité et les cassettes avaient disparues des rayons de son magasin préféré.
    Aussitôt, elle fondit en larmes, réalisant qu'elle ne pourrait plus écouter « The Number of the Beast » tous les matins en se brossant les dents. Devant tant de souffrance, le responsable de rayon s'approcha et demanda au vendeur : « Allez Jacob, vas me chercher l'échelle ». Celui-ci demandant pourquoi, son responsable lui envoya sèchement : « Parce qu'il doit en rester un en stock sur les étagères d'en haut et que je ne veux pas courir le risque de me niquer les sept cervicales ».
    Le regard du Petit Chaperon Rouge s'illumina, allait-elle pouvoir renouer avec ses vieilles habitudes et écouter à nouveau toute sa discographie préférée ? Elle fut rapidement satisfaite en constatant rapidement qu'on lui tendait non pas un WM-10, mais bien un WM-FX495 tout neuf (doté de surcroît d'un tuner FM). Elle promit alors à son sauveur de lui offrir une galette de sa grand-mère (en 33 tours car sa grand-mère est chanteuse dans un groupe de Crust Métal) et rentra chez elle aussitôt pour savourer sa nouvelle acquisition.
    Cependant, elle était tellement émue, qu'elle en avait les jambes tremblantes. Elle s’arrêta donc dans une échoppe dont la vitrine était drapée de tentures noires (pensant qu'elle y serait tranquille pour y consulter le manuel d'utilisation du matériel sus-cité). A peine pénétra-t-elle dans cette officine lugubre qu'un grand échalas blafard la fixa du regard. Ne se laissant pas démonter pour autant, elle lui lâcha : « Ecoutes-moi face de craie, je me pose cinq minutes dans ton bordel et ne viens pas me gonfler où je te fous la gueule comme un champ de fraises. » Le responsable de la boutique fut tétanisé par cette réaction et ne répondit pas.
    Notre héroïne s'assit donc à coté d'un carton ouvert, contenant des petites fioles étranges. Elle en glissa subtilement une bonne dizaine dans sa poche et se mit à lire la notice Sony. Cependant, quelque chose la turlupinait. Des gémissements venaient de derrière une porte et l’empêchait de se concentrer sur sa lecture. Elle décida d'aller voir ce qu'il se passait et ouvrit brusquement la porte. Elle fut surprise de découvrir le moustachu quinquagénaire (Jacob, mais putain suivez un peu, merde quoi) totalement nu qui se frottait le sexe sur une rappe à fromage en criant : « Et moi j'y ai pas droit à la galette a grand-mère, hein ? ». Le petit Chaperon Rouge prit toutes les petites fioles qu'elle avait dans la poche, les bu d'un trait et s'exclama : « Mais qu'est-ce que c'est que ce bordel ? » avant de décocher un latéral kick au pauvre homme qui ne vit rien venir.
    Elle sentit ensuite une chaleur incroyable envahir ses entrailles, et regardant la dernière fiole qu'elle avait bu (sur laquelle était écrit « Poppers, éveilles tes sens ») ota sa toge rouge. Elle jura  alors devant dieu « A partir de maintenant vous m’appellerez tous Mary Poppers. Je fais serment d'allégeance à la bonne musique, car c'est la seule chose qui en vaille la peine ». Le patron du commerce la vit s'enfuir avec les écouteurs sur les oreilles et atteste qu'en sortant de son échoppe elle lui déposa ce qu'elle tenait en main en précisant : « Voilà ta fiole » avant de s'exclamer en guise d'épitaphe : « Moi aussi, j'en ai rien a Branler » et de prendre à son tour, ses jambes a son cou.

Vous pourrez entendre Mary Poppers cette semaine lors de l'emission #173.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire